Guide de l'éco-responsabilité

revenir à l'accueil du site

voir le site de l'ademe
imprimer cette page
 
Principaux enjeux
Capteurs photovoltaïques - Exploitez les surfaces (toitures…) ensoleillées en y installant des panneaux photovoltaïques !

Exploitez les surfaces (toitures…) ensoleillées en y installant des panneaux photovoltaïques !

  • La consommation d’énergie d’origine fossile (pétrole, gaz, charbon) contribue à l’augmentation de l’effet de serre et au réchauffement climatique.
  • La consommation d’énergie d’un immeuble de bureaux représente une part significative des charges des organisations et comprend les usages énergétiques suivants :   chauffage et eau chaude sanitaire,  éclairage,  ventilation,  climatisation,  équipements bureautiques,  auxiliaires divers.
  • Dans certains bâtiments, le chauffage représente à lui seul plus de la moitié des dépenses d’énergie des bureaux. Maîtriser ses déperditions énergétiques représente donc un véritable potentiel d’économies de charges.
Perspectives 2030 et 2050
  • Pour réduire les consommations dans le secteur-clé du bâtiment, l’hypothèse d’un plan ambitieux de construction neuve et de rénovations thermiques des bâtiments résidentiels d’ici 2030 laisse envisager qu’avec un niveau de confort inchangé (température dans les bâtiments, quantités d’eau chaude sanitaire consommées), les besoins en énergie pourront globalement diminuer.
  • Concernant les usages spécifiques de l’électricité (c'est-à-dire l’électricité utilisée pour les services qui ne peuvent être rendus que par cette source d'énergie, par exemple des postes audiovisuels et multimédias, appareils producteurs de froid, mais pas le chauffage ou encore la production d’eau chaude), le développement de meilleures technologies et d’équipements multi-usages permet d’envisager que ce poste de consommation se stabilise.
  • Dans le secteur tertiaire, l’hypothèse pour 2050 pourrait être la diminution de 20 % des surfaces par employé, en raison du développement du service à la personne et d’une part supposée plus importante de télétravail. Cela réduirait mécaniquement les consommations d’énergie de ce secteur.
  • La projection 1990 – 2030 de consommation énergétique du tertiaire est une diminution de 56,7 %.
Collectivités

À travers leur patrimoine (bâtiments, éclairage public, flottes municipales) et les activités de leurs services (transports, déchets, distribution d’énergie via les chauffages urbains), les collectivités sont responsables de 10 % de la consommation énergétique finale en France et de 12 % des émissions de gaz à effet de serre (source : ADEME). Elles disposent donc de leviers d’actions forts pour réduire les consommations d’énergie.

Établissements sanitaires et sociaux

Le secteur de la santé représente environ 12 % des consommations d’énergie du secteur tertiaire en France et est, à ce titre, un levier énorme de réduction possible. D’autant que ses consommations ont continué à augmenter (de 4 %) entre 2000 et 2010.
Pour autant cette maîtrise ne peut se faire à n’importe quel prix du fait de l’indispensable sécurité de l’approvisionnement énergétique de ces établissements
.
Le secteur de la santé représente environ 12 % des consommations d’énergie du secteur tertiaire en France et est, à ce titre, un levier énorme de réduction possible. D’autant que ses consommations ont continué à augmenter (de 4 %) entre 2000 et 2010.Pour autant cette maîtrise ne peut se faire à n’importe quel prix du fait de l’indispensable sécurité de l’approvisionnement énergétique de ces établissements.

Quelques repères
  • La France consomme environ 266,476 millions de tep par an (énergie primaire), soit 4,4 tep par an et par habitant (source : Chiffres clés de l’énergie 2012, MEDDE).
  • La température réglementaire dans les bâtiments est de 19°C. Diminuer la température de 1°C permet de réaliser 7 % d’économie sur le budget chauffage.
  • Le coût énergétique de fabrication d’un ordinateur (unité centrale et écran) est équivalent à deux années de son fonctionnement ; changer tous les 2 ans revient donc à consommer à chaque fois 4 ans d’énergie (source : CNRS : www.eco-info.org).
  • Éteindre les ordinateurs le soir permet d’économiser entre 15 € et 30 € par poste de travail et par an.
  • Le remplacement d’une chaudière âgée de 25 ans par une chaudière moderne fait économiser environ 20% d’énergie et jusqu’à 30% si la nouvelle chaudière est à condensation.
  • Les consommations liées à l’éclairage constituent de 15 à 20 % des dépenses énergétiques des espaces de bureaux. La mise en place d’un système d’éclairage optimisé de qualité peut permettre de réduire jusqu’à 70% les dépenses relatives à ce poste (source : Association Française de l’Eclairage)
  • L’équipement des bureaux en matériel informatique a occasionné une hausse des consommations en électricité spécifique : celles-ci représentent désormais 20 % de la consommation globale d’un immeuble de bureaux, part qui tend à s’accroître (source : ADEME ). Un PC individuel et les équipements informatiques liés consomment en moyenne 900 kWh par personne et par an. Le type de microprocesseur, la qualité de l'alimentation ou encore la taille et la technologie de l'écran sont autant de facteurs qui influent sur la consommation d’énergie.
  • Un photocopieur consomme 80% de son énergie en mode attente.
  • L’impact sur l’effet de serre de la climatisation est dû à sa consommation d’énergie mais aussi aux fuites de fluides frigorigènes rejetés dans l’atmosphère. Ces fluides ont un pouvoir de réchauffement global extrêmement plus élevé que le CO2 (par exemple, 1 kg de HFC R-134a a un pouvoir de réchauffement global 1300 fois plus fort qu’un kg de CO2). Leurs fuites seraient responsables en France de l’émission de 5,4 millions de tonnes équivalent CO2.
  • La Commission de régulation de l'énergie (CRA) estime que le tarif de l'électricité va bondir d'environ 30% d'ici 2017. Réduire les consommations représente donc également un enjeu pour éviter une surenchère des dépenses liées à l'énergie.

Retour en haut de la page