Guide de l'éco-responsabilité

revenir à l'accueil du site

voir le site de l'ademe
imprimer cette page
 
Agir sur le bruit

Santé et prévention des risques

Agir sur le bruit

Lutter contre le bruit et en prévenir les sources sur les lieux de travail.

Les enjeux liés au bruit

Principaux enjeux
Echelle des bruits - Echelle du bruit (en dB)

Echelle du bruit (en dB)

Première cause de nuisance dans la vie quotidienne des Français, le bruit est un vrai problème de santé publique :

  • 70 % des actifs français se disent dérangés par le bruit sur leur lieu de travail (Source : INRS).
  • L’exposition occasionnelle ou prolongée au bruit présente divers risques : fatigue et stress, troubles de l’attention et sociaux, sifflements d’oreille, perte d’audition… dans les cas extrêmes, une exposition prolongée à des niveaux élevés peut conduire jusqu’à la surdité.
  • Une ventilation mal entretenue ou la présence d’une route très fréquentée peuvent générer un bruit de fond important.
  • La présence d’une route très fréquentée, d’une voie ferrée, ou encore de travaux sur un chantier à proximité, provoquent des nuisances sonores. Au-delà d’un certain seuil, on considère qu’une zone est un « point noir » du bruit, où les risques d’impacts sur la santé sont réels.
  • Une imprimante partagée, la présence d’un espace de détente ou d’une ventilation mal entretenue voie ferrée peuvent également provoquer des pics de bruits récurrents perturbants.
  • Le bruit est reconnu comme cause de maladies professionnelles depuis 1963 (tableau n°42 des maladies professionnelles relatif à la surdité provoquée par les bruits lésionnels) ; c’est l’une des maladies professionnelles les plus coûteuses pour la collectivité.
  • La problématique du bruit au travail, en particulier dans des activités de bureau, rejoint fortement les réflexions autour du bâtiment (consulter aussi la rubrique Bâtiment du guide). Elle touche aussi au thème des transports.
  • Des critères concernant le bruit sont intégrés dans les objectifs de performance des bâtiments à haute qualité environnementale.
Établissements sanitaires et sociaux

Les nuisances sonores représentent un enjeu d’autant plus important pour les établissements de santé que le repos et le sommeil sont des facteurs essentiels à une amélioration du bien-être et à la guérison. Des études* ont montré que les personnes hospitalisées exposées à des niveaux élevés de bruit tant à l’intérieur (monitoring cardiaque, perfusions, chariots) qu'à l’extérieur (trafic automobile, ramassage des déchets, livraisons, ambulances, travaux etc.) de l'hôpital, ont des périodes de récupération sensiblement plus longues que la normale.

Ces établissements se doivent donc de protéger leurs patients/résidents des bruits extérieurs et d’éviter d’en causer de nouveaux (en particulier lors de travaux
Ces établissements se doivent donc de protéger leurs patients/résidents des bruits extérieurs et d’éviter d’en causer de nouveaux (en particulier lors de travaux).

*Voir notamment OM Buxton et coll.Sleep Disruption Due to Hospital Noises: A Prospective Evaluation. Annals of Internal Medicine

Quelques repères
  • Le son est le produit d’une vibration de l’air. Divers phénomènes peuvent être à l’origine de ces vibrations (voix, porte qui claque, équipements électriques, sonnerie de réveil, vrombissement d’un moteur…). Plus ou moins intenses, elles sont caractérisées par leur fréquence (périodicité du son), qui se mesure en Hertz (Hz) et par leur niveau, c’est-à-dire la pression exercée sur notre oreille et interprétée par notre cerveau, et qui s’exprime en décibels (dB).
  • Un bruit se caractérise par son intensité (le niveau, mesuré en décibels), sa fréquence (grave/aigu) et sa durée.
  • On distingue diverses sources de bruit : ceux provenant de l’environnement intérieur (voix, hauts-parleurs, bruits de pas, chutes d’objets, ascenseur, canalisations, chaudière...) ou extérieur (circulation, travaux...).
  • Quelques exemples d’émissions (les niveaux varient selon la distance entre la source émettrice et le récepteur) : conversation  à voix basse : 30 dB ; pluie : 50 dB ; conversation normale : 60 dB ; sonnerie de téléphone : 70 dB ; aspirateur : 75 dB ; tondeuse à gazon : 90 dB ;course automobile : 130 dB.
  • À partir de 130 dB(A), toute exposition, même de très courte durée, est dangereuse.

Retour en haut de la page