Guide de l'éco-responsabilité

revenir à l'accueil du site

voir le site de l'ademe
imprimer cette page
 
Agir sur les bâtiments

Lutte contre le changement climatique

Agir sur les bâtiments

Établir un audit énergétique et réduire les émissions de CO2 dans les bâtiments.

Quelques notions autour du secteur “Bâtiment”

Notion de valeur verte

Dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, un groupe de travail "Valeur verte” a réfléchi à l’importance de prendre en compte des caractéristiques environnementales et écologiques dans la gestion patrimoniale. Quelques documents issus de ces travaux (études, recommandations...) peuvent fournir des idées d’axes stratégiques ou des arguments en faveur de cette notion de “valeur verte” : www.legrenelle-environnement.fr/-Valeur-verte-.html 

Notion de coût global

Une approche en coût global consiste à intégrer les coûts de construction mais aussi les coûts d’exploitation, de maintenance, voire de rénovation et / ou déconstruction le plus en amont possible dans la phase de conception du projet.

Ce raisonnement concerne donc l’ensemble du cycle de vie du bâtiment et nécessite de tenir compte d’un taux d’actualisation qui permet d’obtenir des simulations réalistes au fil des années.

Il peut être défini comme la somme de différents postes de dépenses :

  • coûts d'investissement depuis l’origine du projet jusqu’à la livraison (études préparatoires, achat du terrain, honoraires d’accompagnement, taxes et indemnités diverses, travaux, frais d’équipement, frais de branchements aux différents réseaux, frais financiers ;
  • coûts d'exploitation liés au fonctionnement du bâtiment (consommations d'énergie et autres fluides, frais et honoraires liés à l'exploitation : dépenses liées au pilotage des équipements techniques, à l'accueil, au gardiennage, à la sécurité) ;
  • >coûts de maintenance nécessaires à la conservation du bon état de marche du bâtiment et des installations techniques (entretien préventif, entretien courant, grosses réparations, remplacement d’éléments défectueux, honoraires liés à la maintenance) ;
  • coûts d’adaptation (travaux liés à des modifications ultérieures : redistribution, restructurations, modifications fonctionnelles) ;
  • coûts de déconstruction et de remise en état (déconstruction des ouvrages existants et traitement des déchets, frais et honoraires liés à ces prestations).
Un outil d’aide à la décision efficace

La norme ISO 15686-5 indique des lignes directrices relatives à l’analyse du coût global des bâtiments, à celui des constructions ainsi qu’à celui de leurs composants. Le Ministère du Développement Durable met à disposition, sur son site, un logiciel de simulation basé sur cette norme : www.coutglobal.developpement-durable.gouv.fr

D’autres enjeux du développement durable

Avec la diffusion d’exigences environnementales et sociales, des nouvelles notions ont émergé, qui ne limitent plus le coût global à la valeur patrimoniale du bâtiment :

  • le coût global « élargi » qui prend en compte des facteurs supplémentaires de confort des occupants, tels que le cadre de vie, les risques sanitaires, la productivité des collaborateurs, etc.
  • le coût global « partagé » qui propose une vision sociétale prenant en compte l’impact plus large d’un bâtiment sur l’environnement, à travers l’estimation des coûts évités liés aux bénéfices collectifs engendrés (préservation des ressources naturelles, limitation des pollutions atmosphériques, recyclage des matériaux au moment de la déconstruction, etc.).

Retour en haut de la page